La peur volcan

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Le cœur volcan de Julien Clerc
    


Comme un volcan devenu vieux On reparle des volcans vieux
Mon cœur bat lent'ment la chamade D'Islande aux noms imprononçables
La lave tiède de tes yeux Qui jusques au plus haut des cieux
Coule dans mes veines malades Nous enfument, désagréables

Je pense si souvent à toi Dépassant du monde le toit
Que ma raison en chavire Au point que les avions refusent
Comme feraient des barques bleues De reprendre l'air sans ciel bleu
Et même les grands navires Et seuls les anges s'en amusent

J'ai la raison arraisonnée La Bourse en est bouleversifiée
Dans un port désert Les cotations sont à la baisse
Dérisoire toute ma vie s'est arrêtée Et si soudain tout s'arrêtait
Comme s'arrêterait l'Histoire Qui jouirait donc de mes richesses

J'ai la raison arraisonnée La Bourse en est bouleversifiée
Dans un port désert Les cotations sont à la baisse
Dérisoire toute ma vie s'est arrêtée Et si soudain tout s'arrêtait
Comme s'arrêterait l'histoire Qui jouirait donc de mes richesses


Comme une légende qui s'éteint Comme une manne qui s'éteint
Comme un grand peuple en décadence Comme une extinction de Jouvence
Comme une chanson qui se meurt Comme un privilège qui meurt
Comme la fin de l'espérance Comme des pauvres la souffrance


Mon cœur volcan devenu vieux Les revoilà ces volcans vieux
Bat lentement la chamade D'Islande aux noms imprononçables
La lave tiède de tes yeux Qui jusques au plus haut des cieux
Coule dans mes veines malades Nous enfument, désagréables


Comme une armée de vaincus Si demain nous ne volons plus
L'ensemble sombre de mes gestes Et que seul l'océan nous reste
Fait un vaisseau du temps perdu Avec tous nos rêves perdus
Dans la mer morte qui me reste Arche de Noé, je te leste

Mon cœur volcan devenu vieux En maudissant ces volcans vieux
Bat lentement la chamade D'Islande aux noms imprononçables
La lave tiède de tes yeux Qui jusqu'au dernier jour des cieux
Coule dans mes veines maladesNous survivront, imperturbables



Si demain nous ne volons plus

Et que seul l'océan nous reste

Avec tous nos rêves perdus

Arche de Noé, je te leste



En maudissant ces volcans vieux

D'Islande aux noms imprononçables

Qui jusqu'au dernier jour des cieux

Nous survivrons, imperturbables




Liste des 2 autres parodies répertoriées pour Le cœur volcan de Julien Clerc :





Quelques parodies parmi prises au hasard :