Les crampons dorés

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Les boutons dorés de Jean-Jacques Debout
    


On suit le mur de l'hôpital On suit Barcelone-Arsenal
On passe le pont sur la rivière Et puis on voit Croatie-France
On tourne au coin du cimetière Et la seule vraie ressemblance
Pour suivre un peu le vieux canal C'est le rituel général
Puis vers cinq heures on rentrera Quelques arbitres et des joueurs
Suivant d'autres murs, d'autres grilles Qu'on siffle ou bien qu'on applaudit
A part ceux de l'école des filles Ce fut un bien triste mardi
Jusqu'aux murs de l'orphelinat Le coq a perdu ses couleurs

En casquette à galons dorés En chaussures à crampons dorés
En capote à boutons dorés En comptes bancaires dorés
Tout au long des jeudis sans fin Au long des soirées TF1
Voyez passer les orphelins. Voyez sombrer nos beaux marins.

C'est pas souvent que j'ai gagné C'est pas souvent qu'ils ont gagné
La médaille de la bonne conduite En produisant quelque spectacle
J'peux pas manger la soupe gratuite Au point que c'est un pro du tacle
J'aim'rais mieux dormir dans les prés Qui dut tenter un retourné
J'aurais pas mon certificat Blessé, il met dans le malheur
Paraît qu'je suis d'la mauvaise graine Son club poursuivi par l'OM
Parc'qu'un jour j'ai écrit 'je t'aime'Et vous voudriez que l'on aime
Sur les murs de l'orphelinat Ce maillot rayé sans couleurs



La nuit j'm'invente un vrai roman C'est dommage pour Laurent Blanc
Que j'ai toujours mon père ma mère Qui croit toujours et qui espère
Une vraie maman en robe claire Le début d'une nouvelle ère
Et un papa qu'a plein d'argent Poussant les Bleus au firmament
Ah ! si jamais y z'entendent ça Sans des artistes et des buteurs
J'les en supplie, qu'ils viennent tout de suite Je crois qu' c'est pas demain la veille
Avant que mes ongles s'effritent Qu'on verra jouer à merveille
Sur les murs de l'orphelinat. Ces gars sans goût et sans couleurs



J'suis pas bien gros, j'suis pas malin L'idée née d'un cerveau malin
J'ai peur de jamais être un homme N'était pas si mauvaise en somme
De rester toujours le pauv' môme Et tant pis pour ces pauvres mômes
A qui personne tiendrait la main. Que l'on revêt d'habits marins
Et malgré qu'on soit bon pour moi Bientôt d'autres souffre-douleur
Un jour ça pétera dans ma tête Ministres de la République
Et pour peu qu'j'ai des allumettes Auront des rayures identiques
J'mettrai l'feu à l'orphelinat. Au pied, un boulet de couleur






Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Les boutons dorés de Jean-Jacques Debout.





Quelques parodies parmi prises au hasard :