Les puissants

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Les croquants de Georges Brassens
Date : février 2011
    



Les croquants vont en ville, à cheval sur leurs sous, Les puissants sont habiles à nous vivre dessus
Acheter des pucelle' aux saintes bonnes gens, Grossissant l'escarcelle au dos des bonnes gens
Les croquants leur mett'nt à prix d'argent Les puissants font travailler l'argent
La main dessus, la main dessous... Les pauvres n'y suffisent plus
Mais la chair de Lisa, la chair fraîch' de Lison Tout comme le berger sait tondre ses moutons
(Que les culs cousus d'or se fass'nt une raison !) Le puissant sait y faire et d'or est sa toison
C'est pour la bouch' du premier venu C'est pour ça qu'il n'est pas revenu
Qui' a les yeux tendre' et les mains nues... Qu'on ne le porte plus aux nues

Les croquants, ça les attriste, ça Les puissants, ça les attriste, ça
Les étonne, les étonne, Les étonne, les étonne
Qu'une fille, une fill' bell' comm' ça, Que des gens, que des gens simples comm' ça
S'abandonne, s'abandonne Ça raisonne, ça raisonne
Au premier ostrogoth venu: Comme un premier d' l'ENA venu
Les croquants, ça tombe des nues. Les puissants et les parvenus

Les fill's de bonnes mœurs, les fill's de bonne vie, Vous avez cru pouvoir mentir toute la vie
Qui' ont vendu leur fleurette à la foire à l'encan, Sans le moindre reproche émanant des manants
Vont s' vautrer dans la couch' des croquants, Troupeau stupide se conduisant
Quand les croquants en ont envie... Comme les puissants en ont envie
Mais la chair de Lisa, la chair fraîch' de Lison Alors que le berger ne craint rien des moutons
(Que les culs cousus d'or se fass'nt une raison!) Il va falloir pourtant vous faire une raison
N'a jamais accordé ses faveurs Quand on envoie le bouchon trop loin
A contre-sous, à contrecœur... On éveille tous ces crétins



Les fill's de bonne vie ont le cœur consistant L'exemple vient d'en haut et votre président
Et la fleur qu'on y trouve est garanti' longtemps, A trop longtemps mordu la France à pleines dents
Comm' les fleurs en papier des chapeaux, En vous conviant à ce festin
Les fleurs en pierre des tombeaux... Vous, les puissants, vous, le gratin
Mais le cœur de Lisa, le grand cœur de Lison Mais lors que le berger s'occupe des moutons
Aime faire peau neuve avec chaque saison: Il en a négligé la semblable mission
Jamais deux fois la même couleur, Pas question donc que les électeurs
Jamais deux fois la même fleur...Fassent deux fois la même erreur






Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Les croquants de Georges Brassens.





Quelques parodies parmi prises au hasard :