La complainte des enragés

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de La complainte du progrès de Boris Vian
Date : février 2011
    



Autrefois pour faire sa cour Lorsque l'on choisit quelqu'un
On parlait d'amour C'est qu'on le trouv' bien
Pour mieux prouver son ardeur Ça vaut pour les présidents
On offrait son cœur C'est bien évident
Aujourd'hui, c'est plus pareil Aujourd'hui, c'est le bordel
Ça change, ça change Trop de mécontents
Pour séduire le cher ange Qui s'demandent jusqu'à quand
On lui glisse à l'oreille Ils seront fidèles
(Ah ? Gudule !) (À Sarkooooo !)

Viens m'embrasser Je vais lister
Et je te donnerai Certains des excités


Un frigidaire Les infirmières
Un joli scooter Les jolies fermières
Un atomixer Les commissaires
Et du Dunlopillo Et ceux qu'ont pas d'boulot
Une cuisinière Les cuisinières
Avec un four en verre Et les magasinières
Des tas de couverts Les ménagères
Et des pell' à gâteaux Et les gars des labos

Une tourniquette Les institutrices
Pour fair' la vinaigrette Les agents de police
Un bel aérateur Et puis tous les docteurs
Pour bouffer les odeurs Et tous les professeurs

Des draps qui chauffent Les spécialistes
Un pistolet à gaufres Et tous les journalistes
Un avion pour deux Tous les coiffeurs
Et nous serons heureux Ils sont dans le malheur

Autrefois s'il arrivait Autrefois s'il arrivait
Que l'on se querelle Pareil désamour
L'air lugubre on s'en allait L'air lugubre on s'en allait
En laissant la vaisselle Et ce, pour toujours
Aujourd'hui, que voulez-vous Aujourd'hui, que voulez-vous
La vie est si chère Même si Sarkozy
On dit: rentre chez ta mère Devient peu à peu amer
Et l'on se garde tout C'est pas Ben Ali
(Ah ! Gudule) (À Sarkooooo !)

Excuse-toi C' n'est pas le cas
Ou je reprends tout ça. Malgré toutes ces voix


Mon frigidaire Les humoristes
Mon armoire à cuillères Et puis les garagistes
Mon évier en fer Les RMIstes
Et mon poêl' à mazout Et tous les retraités
Mon cire-godasses Les buralistes
Mon repasse-limaces Les non-capitalistes
Mon tabouret à glace Les prothésistes
Et mon chasse-filous Et tous les charcutiers

La tourniquette La magistrature
A faire la vinaigrette Les ramasseurs d'ordure
Le ratatine-ordures Même les militaires
Et le coupe-friture Et tous les fonctionnaires

Et si la belle Tu as la chance
Se montre encore rebelles Que nous soyons en France
On la fiche dehors Pour te foutre dehors
Pour confier son sort Il faut un an encore

Au frigidaire Agriculteurs
À l'efface-poussière Et ostréiculteurs
À la cuisinière Kinés, masseurs
Au lit qu'est toujours fait Et puis chauffeurs-routiers
Au chauffe-savates Vous, acrobates
Au canon à patates Et vous les avocates
À l'éventre-tomates Les magistrates
À l'écorche-poulet Et vous, tous les plombiers

Mais très très vite Les machinistes
On reçoit la visite Et puis les scénaristes
D'une tendre petite Ainsi que les artistes
Qui vous offre son cœur Et les intermittents

Alors on cède Tous on se lève
Car il faut bien qu'on s'entraide Il faut bien qu'on s'élève
Et l'on vit comme ça Et 2012, ma foi
Jusqu'à la prochaine foisÇa s'passera pas comme ça




Liste des 2 autres parodies répertoriées pour La complainte du progrès de Boris Vian :





Quelques parodies parmi prises au hasard :