Un si grand sacrifice

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Au café des délices de Félix Gray
Date : janvier 2011
    



Tes souvenirs se voilentAlors que se dévoilent
Ça fait comme une éclipseLes secrets de Tunis
Une nuit plein d'étoilesBrille au ciel une étoile
Sur le port de TunisCelle d'un de ses fils
Le vent de l'éventailQui donna le signal
De ton grand-père assisRéveilla les soumis
Au Café des DélicesPar son grand sacrifice


Tes souvenirs se voilentInformé par la toile
Tu vois passer le tramLe monde sait ton drame
Et la blancheur des voilesEt la noirceur du voile
Des femmes tenant un fils Des femmes de Tunis
Et l'odeur du jasminLe peuple tunisien
Qu'il tenait dans ses mainsTe couvre de jasmin
Au Café des DélicesPour ton grand sacrifice


Yalil Yalil Bouazizi YalilYalil Yalil Bouazizi Yalil
Yalil Yalil Bouazizi Yalil...Yalil Yalil Bouazizi Yalil...


Tes souvenirs se voilentLes souvenirs se voilent
Tu la revois la filleEt tout Sidi Bouzid
Le baiser qui fait mal Repense à ton étal
A port El KantaouiAux légumes et fruits
Les premiers mots d'amour Qu'aux gens avec amour
Sur des chansons veloursTu proposais toujours
Habibi habibiMohamed Bouazizi


Tes souvenirs se voilentOn t'a volé ta vie
Tu les aimais ces fruitsEt charrette et balance
Les noyaux d'abricotTu n'as pas accepté
Pour toi, c'étaient des billesDe subir l'injustice
Et les soirées de fêteEt celle qu'on t'a faite
Qu'on faisait dans nos têtesRestera dans nos têtes
Aux plages d'HammametEt le cœur d'Hammamet


Yalil Yalil Bouazizi YalilYalil Yalil Bouazizi Yalil
Yalil Yalil Bouazizi Yalil...Yalil Yalil Bouazizi Yalil...


Tes souvenirs se voilentLes secrets se dévoilent
À l'avant du bateauOn lit dans les journaux
Et ce quai qui s'éloigneQui suçait l'os à moelle
Vers un monde nouveauEt qui rongeait les os
Une vie qui s'arrêteQui bouffait les arêtes
Pour un jour qui commenceDe nouveaux jours commencent
C'est peut-être une chanceC'est sans doute une chance


Yalil yalil tu n'oublieras pasYalil Yalil Tu n'oublieras pas
Ces parfums d'autrefois Les martyrs d'autrefois
Yalil yalil tu n'oublieras pasYalil Yalil Tu n'oublieras pas
Yalil yalil même si tu t'en vasYalil Yalil Et tu sauras pourquoi
Yalil Yalil Bouazizi YalilYalil Yalil Bouazizi Yalil
Yalil Yalil Bouazizi Yalil...Yalil Yalil Bouazizi Yalil...


Une nuit plein d'étoilesBrille au ciel une étoile
Sur le port de TunisCelle d'un de tes fils
Et la blancheur des voilesQui donna le signal
Des femmes tenant un filsRéveilla les soumis
Le vent de l'éventailInformé par la toile
De ton grand-père assisLe monde sait ta vie
Et l'odeur du jasminLe peuple tunisien
Qu'il tenait dans ses mainsTe couvre de jasmin
Au Café des DélicesPour ton grand sacrifice


Yalil Yalil Bouazizi Yalil...Yalil Yalil Bouazizi Yalil...


Au Café des Délices
Au Café des Délices.




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Au café des délices de Félix Gray.





Quelques parodies parmi prises au hasard :