Je n'aime pas les politiques

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Les ports de l'Atlantique de Serge Lama
    



Blancheur de brume Et le temps passe
Comme une plume La nuit s'efface
Telle est l'écume Et je me lasse
Qui m'emporte au loin De tous ces matins
Quand l'aube danse Pour notre France
Sans discordance Et ses souffrances
A la cadence L'indifférence
De cet air marin Des copains coquins

J'aime les ports de l'Atlantique Je n'aime pas les politiques
Quand les sirènes vont gueulant Et ce, de quelque bord qu'ils soient,
L'inconstance des goélands Qui, quand ils désirent nos voix,
Qui m'escortent vers l'Amérique Nous promettent tous l'Amérique
J'aime les ports de l'Atlantique Je n'aime pas les politiques
Quand grincent les premiers regrets Plaçant l'argent avant l'humain
Dans les remous de la marée Qui nous préparent un lendemain
Qui s'étire vers l'Amérique Qui comme eux sera pathétique

La nuit est morte Que d'arrogance
Devant ta porte De suffisance
Mais que m'importe La gouvernance
J'ai si mal aux reins Rendrait-elle fou ?
L'aube s'habille Ils nous racontent
Le long des grilles Faute de comptes
Autant pour les filles Leur dernier conte
Que pour les marins A dormir debout


J'aime les ports de l'Atlantique Je n'aime pas les politiques
Quand les sirènes vont gueulant Ceux qui vivent à nos crochets
L'inconstance des goélands Les rois des noces et banquets
Qui m'escortent vers l'Amérique Qui creusent la dette publique
J'aime les ports de l'Atlantique Je n'aime pas les politiques
Quand grincent les premiers regrets Qui se la pètent mégalo
Dans les remous de la marée Avec un tout petit cerveau
Qui s'étire vers l'Amérique Et un intellect anémique

L'aube s'allume L'hiver est proche
Couleur de plume Gens de la cloche
Le vent consume Vides vos poches
Le moindre chagrin Et froides vos mains
La nuit s'achève Parties promesses
Le jour se lève Avec la caisse
Va vers ton rêve De nos richesses
Pauvre musicien Un pauvre n'est rien


J'aime les ports de l'Atlantique Je n'aime pas les politiques
Quand les sirènes vont gueulant Ceux qui nous prennent pour des cons
L'inconstance des goélands Et qui se fâchent sitôt qu'on
Qui m'escortent vers l'Amérique Veut défendre la République
J'aime les ports de l'Atlantique Je n'aime pas les politiques
Quand grincent les premiers regrets Et les propos si convaincants
Dans les remous de la marée De ceux qui se mettent en rang
Qui s'étire vers l'Amérique Pour qu'on paye leur Amérique


Je les ai tenus contre moi Car ils m'ont tant mis hors de moi
Avec leur envie de partir Avec leurs façons de mentir
Avec leur envie de mourir Avec leurs façons de trahir
Tout comme moi, tout comme moi Voilà pourquoi, voilà pourquoi

J'aime les ports de l'AtlantiqueJe n'aime pas les politiques




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Les ports de l'Atlantique de Serge Lama.





Quelques parodies parmi prises au hasard :