Voir l'président de la République

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Le nombril des femmes d'agent de Georges Brassens
Date : 2010
    



Voir le nombril d'la femm' d'un flic Moi le p'tit renne de Lascaux
N'est certain'ment pas un spectacle Gravé par les préhistoriques
Qui, du point d'vue de l'esthétiqu' J'attendais hélas beaucoup trop
Puiss' vous élever au pinacle De cette visite historique
Il y eut pourtant, dans l'vieux Paris On m'avait promis une renne
Un honnête homme sans malice J' n'ai vu qu'une femme magnifique
Brûlant d'contempler le nombril Elle n'était pas pour moi, la reine
D'la femm' d'un agent de police Du président d' la République

Je me fais vieux, gémissait-il Moi qui depuis quelques semaines
Et, durant le cours de ma vie Avais des élans érotiques
J'ai vu bon nombre de nombrils Faut dire que je suis le seul renne
De toutes les catégories De cet endroit, c'est pathétique
Nombrils d'femm's de croqu'-morts, nombrils Quinze ou vingt siècles d'abstinence
D'femm's de bougnats, d'femm's de jocrisses Croyez-moi, vous aurez la trique
Mais je n'ai jamais vu celui Au moins comme celle, je pense,
D'la femm' d'un agent de police? Du président d' la République

Mon père a vu, comm' je vous vois Je ne vois depuis des années
Des nombrils de femm's de gendarmes Tant la pollution me consume
Mon frère a goûté plus d'une fois Que quelques savants égarés
D'ceux des femm's d'inspecteurs les charmes Rarement de grosses légumes
Mon fils vit le nombril d'la souris Je préfère l'ombre à la lumière
D'un ministre de la Justice Même si je suis photogénique
Et moi, j'n'ai même pas vu l'nombril Je suis en fait tout le contraire
D'la femm' d'un agent de police? Du président d' la République

Ainsi gémissait en public Je suis grand, fort, je suis très fier
Cet honnête homme vénérable De ces bois qui ornent ma tête
Quand la légitime d'un flic Mais je ne reste pas de pierre
Tendant son nombril secourable Quand ici la beauté s'arrête
Lui dit: Je m'en vais mettre fin C'est pour ça que je fus charmé
A votre pénible supplice Même en étant conscient du risque
Vous fair' voir le nombril enfin De voir les traits de la mousmé
D'la femm' d'un agent de police? Du président d' la République

Alléluia ! fit le bon vieux Je sens que je vais trépasser
De mes tourments voici la trêve ! Franchement, je n'ai pas de veine
Grâces soient rendues au Bon Dieu Mon trait commence à s'effacer
Je vais réaliser mon rêve !? Mais au moins, j'aurai eu ma reine
Il s'engagea, tout attendri Peut-on rêver plus beau départ
Sous les jupons d'sa bienfaitrice Quand on vient du néolithique
Braquer ses yeux sur le nombril Que de se faire le brancard
D'la femm' d'un agent de police Du président d' la République

Mais, hélas ! il était rompu J'ai eu beau graver dans mon cœur
Par les effets de sa hantise Les traits délicats de ma muse
Et comme il atteignait le but Sachant bien qu'était venue l'heure
De cinquante ans de convoitise Et que même le rocher s'use
La mort, la mort, la mort le prit La mort, la mort, la mort m'a pris
Sur l'abdomen de sa complice Dans un éclair photographique
Il n'a jamais vu le nombril Cela pour le seul bon plaisir
D'la femm' d'un agent de policeDu président d' la République




Liste des 3 autres parodies répertoriées pour Le nombril des femmes d'agent de Georges Brassens :





Quelques parodies parmi prises au hasard :