Ah, ces retraites!

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Les majorettes de Pierre Perret
    



Regardez les majorettes passer Regardez les gars de l'UMP
Elles z'ont pas un poil de trop sur les gambettes Ils z'en font un poil de trop sur les retraites
Elles défilent au pas cadencé Ils se disent tous préoccupés
En faisant gonfler leur chemisette De notre avenir et de la dette
Et puis hop un p'tit coup de menton Et puis hop on sonde l'opinion
Et puis hop elles envoient le bâton Et puis hop les vieux au charbon

Pour mériter ce joli costume Il nous prennent vraiment pour des cruches
Faut pas craindre d'arpenter le bitume De Montélimar jusqu'à Pantruche
Faut pas avoir du sang de scarole Si pour les jeunes y a déjà chômage
Ni du tapioca dans les guiboles Ça s'ra pire pour les vieux qu'ont de l'âge
Faut les voir au départ de la kermesse Vive gagner moins, travailler plus
Leurs p'tits seins en crête de coq se dressent Dès qu't'as cinquante ans, c'est l'terminus
Mais hélas à la vingt-huitième borne Entre cinquante et soixante-cinq berges
Ils sont redevenus comme des pop-corn L'armée du salut s'ra ton auberge


Tout le monde applaudit mademoiselle Jeanne Tout l' monde a bien pigé ce qui s'passe
Qui marche à reculons en lançant sa canne Et jusqu'à quel point c'est dégueulasse
Et qui se dit souriant à monsieur le maire Le jeun' travailleur meurt poitrinaire
Pourvu que je me foute pas la gueule par terre Quand son exploiteur vit centenaire
La grosse moustachue qui les gouverne Pour ces beaux messieurs qui nous gouvernent
A dû faire l'exode sur une citerne Et même s'ils doiv'nt mener une vie terne
Autour de ses cent vingt kilos de graisse pure Les pauvr's gens sont encore bien trop riches
Sa mini-jupe a l'air d'une ceinture S'ils ont du jambon dans leur sandwich


La p'tite Marie-Jo dit à Ginette Je m'en vais vous greffer une artère
Vise l'air avachi de la sous-préfète Vous dit l'chirurgien septuagénaire
C'est pourtant pas qu'elle manque d'exercice Si vous saviez comme je suis habile
Avec le mari de l'institutrice Quand mon Parkinson me laiss' tranquille
Toutes ces jambes roses et ces jupettes Messieurs, dames, veuillez tous prendre place
Démoralisent toutes les femmes honnêtes Bienvenue sur l'vol pour Caracas
Mais les vieux matous de la tribune Le pilote qui boit son café beugle
N'en peuvent plus d'aboyer à la lune Quatre-vingts balais, il est aveugle





Liste des 4 autres parodies répertoriées pour Les majorettes de Pierre Perret :





Quelques parodies parmi prises au hasard :