Face aux funèbres

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Le tango funèbre de Jacques Brel
    



Ah ! Je les vois déjà Ah ! Ce gouvernement
Me couvrant de baisers J'en ai bien l'impression
Et s'arrachant mes mains Mijote un tour de con
Et demandant tout bas Avant les élections
Est-ce que la mort s'en vient Crainte du ridicule
Est-ce que la mort s'en va Tous les coups sont permis
Est-ce qu'il est encore chaud On sonne le rappel
Est-ce qu'il est déjà froid On compte ses amis
Ils ouvrent mes armoires Ministres de la France
Ils tâtent mes faïences Donc de tous les Français
Ils fouillent mes tiroirs Qui manquent de décence
Se régalant d'avance De toute dignité
De mes lettres d'amour Qui partout s'investissent
Enrubannées par deux Au nom de l'UMP
Qu'ils liront près du feu Quittant neutralité
En riant aux éclats Au nom de Nicolas
Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

Ah ! Je les vois déjà Ah ! notre Président
Compassés et frileux S'y disant étranger
Suivant comme des artistes Peut-on dire qu'il ment
Mon costume de bois Lorsqu'on l'entend parler
Ils poussent du cœur On voit qu'il met du cœur
Pour être le plus triste Plus mêm' que ses ministres
Ils se poussent du bras Et qu'il mène combat
Pour être le premier Pour être le premier
Z'ont amené des vieilles Il nous joue de la vielle
Qui ne me connaissaient plus Même si on n'l'entend plus
Z'ont amené des enfants Nous joue de l'oliphant
Qui ne me connaissaient pas Même si on n'l'entend pas
Pensent au prix des fleurs Nous dit avoir du cœur
Et trouvent indécent Pour un homme, c'est courant
De ne pas mourir au printemps Alors pensez un président,
Quand on aime le lilas Qui s'appelle Nicolas
Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !
Ah ! Je les vois déjà Ah ! on les voit déjà
Tous mes chers faux amis Les fans de Sarkozy
Souriant sous le poids Limitant les dégâts
Du devoir accompli Mêm' si c'est interdit
Ah ! Je le vois déjà Ah ! on les voit déjà
Trop triste trop à l'aise Ministres de certains
Protégeant sous le drap Souvent à l'esprit bas
Tes larmes lyonnaises Moulé par TF1
Tu ne sais même pas On ne s'explique pas
Sortant de mon cimetière Pourquoi Fillon se loupe
Que tu entres en ton enfer Lorsque Penchard pencha
Quand on s'accroche à ton bras Folle de Guadeloupe
Le bras de ton quelconque Qui a crié : Quelle conn' !
Le bras de ton dernier Qu'il lui soit pardonné
Qui te fera pleurer Au nom de l'UMP
Bien autrement que moi Et d'la raison d'Etat
Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

Ah ! Je me vois déjà Ah ! Sacré Nicolas
M'installant à jamais Tu t'es encore planté
Bien au triste bien au froid J'espère que ce coup-là
Dans mon champs d'osselets Ce sera le dernier
Ah! Je me vois déjà Ah ! Sacré Nicolas
Je me vois tout au bout Toi le grand manie-tout
De ce voyage-là De ces élections-là
D'où l'on revient de tout Sortiras-tu debout ?
Je vois déjà tout ça Je vois déjà tout ça
Et l'on a le brave culot Et l'on a le brave culot
D'oser me demander D'oser me demander
De ne plus boire que de l'eau De voter pour Sarko
De ne plus trousser les filles De n'plus m'app'ler Camille
De mettre de l'argent de côté Mes valeurs renier
D'aimer le filet de maquereau De crier 'Vive Sarko !'
Et de crier vive le Roi Ou alors : 'Vive le roi !'
Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah ! Ah !




Liste des 2 autres parodies répertoriées pour Le tango funèbre de Jacques Brel :





Quelques parodies parmi prises au hasard :