Les gestionnaires du fric de la République

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Les amoureux des bancs publics de Georges Brassens
    



Les gens qui voient de travers Les gens qui pensent de travers
Pensent que les bancs verts Pensent que ceux qui gèrent
Qu'on voit sur les trottoirs Le fric du territoire
Sont faits pour les impotents ou les ventripotents Servent mieux les importants ou bien les tout-puissants
Mais c'est une absurdité Hélas cette absurdité
Car à la vérité Est bien la vérité
Ils sont là c'est notoire Ils sont là c'est notoire
Pour accueillir quelque temps les amours débutants Pour arroser d'notre argent les gens du Président

Les amoureux qui s'bécott'nt sur les bancs publics Les gestionnaires du fric de la République
Bancs publics, bancs publics République, République
En s'foutant pas mal du regard oblique Au bilan souvent bien pathétique
Des passants honnêtes Pas toujours honnête
Les amoureux qui s'bécott'nt sur les bancs publics Les gestionnaires du fric de la République
Bancs publics, bancs publics République, République
En s'disant des Je t'aime pathétiques Qui toute notre fraîche, gèrent, uniques
Ont des p'tit's gueul' bien sympathiques Ont des p'tit's gueul' peu catholiques

Ils se tiennent par la main Car l'intérêt principal
Parlent du lendemain Du bouclier fiscal
Du papier bleu d'azur Pour riches dans la nature
Que revêtiront les murs de leur chambre à coucher Etait de faire revenir nombre de capitaux
Ils se voient déjà doucement Que nombre de gens prudents
Ell' cousant, lui fumant Soucieux de leur argent
Dans un bien-être sûr Trouvant l'impôt trop dur
Et choisissent les prénoms de leur premier bébé Avaient planqué à l'abri, Jersey ou Monaco



Quand la saint' famill' machin Pour l'ouvrier au turbin
Croise sur son chemin Qu'il est long le chemin
Deux de ces malappris Vu la montée des prix
Ell' leur décoche hardiment des propos venimeux Et pour tous les étudiants, les chômeurs et les vieux
N'empêch' que tout' la famille Souffre toute la famille
Le pèr', la mèr', la fille Le pèr', la mèr', la fille
Le fils, le Saint Esprit Au nom de Saint Grisbi
Voudrait bien de temps en temps pouvoir s'conduir' comme eux Pendant que certains autres se goinfrent à qui mieux-mieux




Quand les mois auront passé Quand Sarko sera passé
Quand seront apaisés Quand seront terminés
Leurs beaux rêves flambants Ses rêves de puissant
Quand leur ciel se couvrira de gros nuages lourds Quand les audits montreront que les bilans sont lourds
Ils s'apercevront émus Ceux qui le portaient aux nues
Qu' c'est au hasard des rues Tous ceux qui l'ont élu
Sur un d'ces fameux bancs Ceux du moins qui sont francs
Qu'ils ont vécu le meilleur morceau de leur amour Se devront de reconnaître qu'il était bien court





Liste des 5 autres parodies répertoriées pour Les amoureux des bancs publics de Georges Brassens :





Quelques parodies parmi prises au hasard :