Il suffit de zapper les cons

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Il suffit de passer le pont de Georges Brassens
    



Il suffit de passer le pont Il suffit de zapper les cons
C'est tout de suite l'aventure Ceux qui mettent à la torture
Laisse-moi tenir ton jupon Les trop bonnes éducations
J't'emmèn' visiter la nature Qui taisent tout ce qu'elles endurent
L'herbe est douce à Pâques fleuries Quand ils disent une connerie
Jetons mes sabots, tes galoches Qu'ils soient de droite ou bien de gauche
Et, légers comme des cabris Notre esprit, mettons à l'abri
Courons après les sons de cloches Et nos oreilles dans nos poches
Ding din don ! les matines sonnent Imaginons-les sur le trône
En l'honneur de notre bonheur Avec un caleçon à fleurs
Ding din dong ! faut l'dire à personne Au bout du rouleau, sans personne
J'ai graissé la patte au sonneur Ayant du papier salvateur

Laisse-moi tenir ton jupon Chaque jour, la télévision
Courons, guilleret, guillerette Nous montre des gens malhonnêtes
Il suffit de passer le pont Qui viennent prendre pour des cons
Et c'est le royaum' des fleurettes Les gens trop légers de la tête
Entre tout's les bell's que voici Ceux qui, hélas, souvent oublient
Je devin' cell' que tu préfères Les propos tenus de la veille
C'est pas l'coqu'licot, Dieu merci Et toujours prêts à dire oui
Ni l'coucou, mais la primevère Quand on promet monts et merveilles
J'en vois un' blottie sous les feuilles Président de tous les Français
Elle est en velours comm' tes joues Donc étranger aux régionales
Fais le guet pendant qu'je la cueille Sarkozy se démène en fait
Je n'ai jamais aimé que vousPour l'UMP, chose banale


Il suffit de trois petits bonds Que dit donc la Constitution ?
C'est tout de suit' la tarantelle Le premier ministre gouverne
Laisse-moi tenir ton jupon Il a trouvé le bon Fillon
J'saurai ménager tes dentelles Pour mieux éclairer les lents ternes
J'ai graissé la patte au berger Celui qui veut tout régenter
Pour lui fair' jouer une aubade Par caprice ou bien par foucade
Lors, ma mie, sans croire au danger Qui minimise tout danger
Faisons mille et une gambades Le tournant à la galéjade
Ton pied frappe et frappe la mousse Celui qui se la coule douce
Si l'chardon s'y pique dedans Ah quel beau métier, président
Ne pleure pas, ma mie qui souffre Ne pleurez pas, les gens qui souffrent
Je te l'enlève avec les dents Vous n'souffrirez plus que deux ans

On n'a plus rien à se cacher Il ne pourra plus se cacher
On peut s'aimer comm' bon nous semble Car il nous suffit d'être ensemble
Et tant mieux si c'est un péché Pour du pouvoir hors le bouter
Nous irons en enfer ensemble Il est temps que l'on se rassemble
Il suffit de passer le pont Il suffit de n'pas faire les cons
Laisse-moi tenir ton juponC'est très bientôt les élections




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Il suffit de passer le pont de Georges Brassens.





Quelques parodies parmi prises au hasard :