Tempête pour un minaret

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Tempête dans un bénitier de Georges Brassens
    



Tempête dans un bénitier Dans l'optique des régionales
Le souverain pontife avecque L'UMP nous sert son couplet
Les évêques, les archevêques Sur l'identité nationale
Nous font un satané chantier Bien sûr, c'est l'Islam qui est visé

Ils ne savent pas ce qu'ils perdent Sur les terres et sur la mer de
Tous ces fichus calotins L'Europe et sa chrétienté
Sans le latin, sans le latin C'est bien l'Islam, c'est bien l'Islam
La messe nous emmerde L'Islam qui les emmerde
A la fête liturgique La voix qui pose problème
Plus de grand's pompes, soudain Elle vient du minaret
Sans le latin, sans le latin C'est là le drame et les immams
Plus de mystère magique D'eau bénite on asperge
Le rite qui nous envoûte Chez nos voisins helvétiques
S'avère alors anodin Quatre ont suffi à montrer
Sans le latin, sans le latin Qu'on veut bien planquer leur monnaie
Et les fidèl's s'en foutent Pas subir leurs pratiques
O très Sainte Marie mèr' de O saint Grisbi et très saints cons-
Dieu, dites à ces putains Seillers parlant pour les cu-
De moines qu'ils nous emmerdent Rés voués à saint Pognon,
Sans le latin Pauvres cocus

Je ne suis pas le seul, morbleu Tous prêts à ranimer la flamme
Depuis que ces règles sévissent Aux pieds du raciste inconnu
A ne plus me rendre à l'office Comme par hasard c'est sur l'Islam
Dominical que quand il pleut Qu'on tient des propos mal venus
Il ne savent pas ce qu'ils perdent Sur les terres et sur la mer de
Tous ces fichus calotins L'Europe et sa chrétienté
Sans le latin, sans le latin C'est bien l'Islam, c'est bien l'Islam
La messe nous emmerde L'Islam qui les emmerde
En renonçant à l'occulte La voix qui pose problème
Faudra qu'ils fassent tintin Elle vient du minaret
Sans le latin, sans le latin C'est là le drame et des immams
Pour le denier du culte Tous nos fils on protège
A la saison printanière C'est un appel pathétique
Suisse, bedeau, sacristain Pour sauver les régionales
Sans le latin, sans le latin Cette identité nationale
F'ront l'églis' buissonnière Chère aux antipathiques
O très Sainte Marie mèr' de O saint Grisbi et très saints cons-
Dieu, dites à ces putains Seillers parlant pour les cu-
De moines qu'ils nous emmerdent Rés voués à saint Pognon,
Sans le latin. Pauvres cocus

Ces oiseaux sont des enragés Car enfin à les écouter
Ces corbeaux qui scient, rognent, tranchent L'enfant issu du sol natal
La saine et bonne vieille branche De parents au destin égal
De la croix où ils sont perchés Ne s'rait pas sûr d'être français

Ils ne savent pas ce qu'ils perdent Sur les terres et sur la mer de
Tous ces fichus calotins L'Europe et sa chrétienté
Sans le latin, sans le latin C'est bien l'Islam, c'est bien l'Islam
La messe nous emmerde L'Islam qui les emmerde
Le vin du sacré calice La voix qui pose problème
Se change en eau de boudin Elle vient du minaret
Sans le latin, sans le latin C'est là le drame et les immams
Et ses vertus faiblissent D'eau bénite on asperge
A Lourdes, Sète ou bien Parme Les députés sarkozistes
Comme à Quimper Corentin Nous diront qui est français
Le presbytère sans le latin En donnant la priorité
A perdu de son charme Aux votants pour leurs listes
O très Sainte Marie mèr' de O saint Grisbi et très saints cons-
Dieu, dites à ces putains Seillers parlant pour les cu-
De moines qu'ils nous emmerdent Rés voués à saint Pognon,
Sans le latin Pauvres cocus




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Tempête dans un bénitier de Georges Brassens.





Quelques parodies parmi prises au hasard :