Tes promesses

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de La traitresse de Georges Brassens
    



J'en appelle à la mort, je l'attends sans frayeur Tu promis des Français d'être le président
Je n'tiens plus à la vie, je cherche un fossoyeur De tous sans distinction de couleur ou de rang
Qu'aurait un' tombe à vendre à n'importe quel prix Ça fait plus de deux ans et l'on attend toujours
J'ai surpris ma maîtresse au bras de son mari Ce n'est qu'pour le pognon que tu montr's de l'amour
Ma maîtresse, la traîtresse ! Tes promesses, tiens, mes fesses !

J'croyais tenir l'amour au bout de mon harpon Travailler plus, ma foi, pour gagner plus, pardi
Mon p'tit drapeau flottait au cœur d'madam' Dupont Fallait-il être idiot pour gober cett' conn'rie
Mais tout est consommé : hier soir, au coin d'un bois Certains travaillent plus pour gagner moins de sous
J'ai surpris ma maîtresse avec son mari, pouah Les dimanches compris,et beaucoup pas du tout
Ma maîtresse, la traîtresse ! Tes promesses, tiens, mes fesses !

Trouverais-je les noms, trouverais-je les mots La plus belle d'tes promesses fut le pouvoir d'achat
Pour noter d'infamie cet enfant de chameau Tu la fis et refis et partout rabachas
Qu'a choisi son époux pour tromper son amant Que ta priorité envers tous les Français
Qu'a conduit l'adultère à son point culminant Serait bien chaque jour de le faire progresser
Ma maîtresse, la traîtresse ! Tes promesses, tiens, mes fesses !

Où donc avais-j'les yeux ? Quoi donc avais-j' dedans ? Tu promis aussi le gouvernement restreint
Pour pas m'être aperçu depuis un certain temps Qui aux dépens's publiques mettrait très vite un frein
Que, quand ell' m'embrassait, ell' semblait moins goulue On ne les compte plus, tes ministres de cour
Et faisait des enfants qui n'me ressemblaient plus Dont les abus indignent des comptes la Cour
Ma maîtresse, la traîtresse ! Tes promesses, tiens, mes fesses !

Et pour bien m'enfoncer la corne dans le cœur Tu promis tout autant un Etat rénové
Par un raffinement satanique, moqueur Etat irréprochable et à l'honneur lavé
La perfide, à voix haute, a dit à mon endroit Débarrassé enfin des affaires, du piston
Le plus cornard des deux n'est point celui qu'on croitDéfense de rire de ça en pensant au fiston
Ma maîtresse, la traîtresse ! Tes promesses, tiens, mes fesses !

J'ai surpris les Dupont, ce couple de marauds Parmi toutes, une seule, tu remplis aussitôt
En train d'recommencer leur hymen à zéro Lorsque tu installas les boucliers fiscaux
J'ai surpris ma maîtresse équivoque, ambiguë Qui firent que les riches te portèrent aux nues
En train d'intervertir l'ordre de ses cocus L'unique vraiment que tu aies jamais tenue
Ma maîtresse, la traîtresse !Cette promesse, plein les fesses !




Liste des 3 autres parodies répertoriées pour La traitresse de Georges Brassens :





Quelques parodies parmi prises au hasard :