Celui qui a mal voté

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Celui qui a mal tourné de Georges Brassens
    



Il y avait des temps et des temps Toute peine mérite salaire,
Qu'je n'm'étais pas servi d'mes dents C'est ce que me disait mon père
Qu'je n'mettais pas d'vin dans mon eau Qui le tenait bien sûr du sien
Ni de charbon dans mon fourneau Qui le tenait de ses anciens
Tous les croqu'-morts, silencieux Mais aujourd'hui, la crise aidant
Me dévoraient déjà des yeux On voit des patrons impudents
Ma dernière heure allait sonner Demander à leurs employés
C'est alors que j'ai mal tourné De travailler sans être payés

N'y allant pas par quatre chemins N'y allant pas par trente-six chemins
J'estourbis en un tournemain Dans un courrier, un bulletin
En un coup de bûche excessif Arguant de salaires excessifs
Un noctambule en or massif Alourdissant trop le passif
Les chats fourrés, quand ils l'ont su Les syndicats, quand ils l'ont su
M'ont posé la patte dessus Sitôt leur sont tombés dessus
Pour m'envoyer à la Santé Mais les patrons ont persisté
Me refaire une honnêteté Devant tous les gars attristés

Machin, Chose, Un tel, Une telle Machin, Chose, Dupont et Martin
Tous ceux du commun des mortels Tous ceux qui faisaient le turbin
Furent d'avis que j'aurais dû Tous dans la chose jusqu'au cou
En bonn' justice être pendu Vivant à crédit pour beaucoup
A la lanterne et sur-le-champ Ont refusé, c'était leur droit
Y s'voyaient déjà partageant Car un contrat c'est fait pour ça
Ma corde, en tout bien tout honneur Mais hélas et pour leur malheur
En guise de porte-bonheur Ils se sont retrouvés chômeurs

Au bout d'un siècle, on m'a jeté Comme des chiens, on a jeté
A la porte de la Santé A la rue tous ces ouvriers
Comme je suis sentimental Dont le crime, c'est bien banal
Je retourne au quartier natal Etait d'refuser l'anormal
Baissant le nez, rasant les murs Baissant le nez, rasant les murs
Mal à l'aise sur mes fémurs Bourse vide mais le cœur pur
M'attendant à voir les humains Sont rentrés se faire consoler
Se détourner de mon chemin Par une moitié désolée

Y'en a un qui m'a dit: : Salut ! Y'en a un qui a dit: 'Les gars !
Te revoir, on n'y comptait plus? Dire que j'ai voté Nicolas'
Y'en a un qui m'a demandé Y'en a d'autres qui ont demandé
Des nouvelles de ma santé Quand c'est qu'on pourrait revoter
Lors, j'ai vu qu'il restait encor Lors, j'ai vu qu'il restait encor
Du monde et du beau mond' sur terre Un espoir, avec de la veine
Et j'ai pleuré, le cul par terre Et je prie en vue des prochaines
Toutes les larmes de mon corpsPour que l'on licencie à mort




Une autre parodie est répertoriée pour Celui qui a mal tourné de Georges Brassens :





Quelques parodies parmi prises au hasard :