Rien à gagner

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Rien à jeter de Georges Brassens
    



Sans ses cheveux qui volent Si la vie était juste
J'aurais, dorénavant, J'aurais, depuis longtemps
Des difficultés folles Fui ma maison vétuste
A voir d'où vient le vent. Et gâté mes enfants

Tout est bon chez elle, y a rien jeter, Lorsque je travaille, y a rien à gagner
Sur l'île déserte il faut tout emporter. Si ça continue, on va me faire payer


Je me demande comme Je me demande comme
Subsister sans ses joues Subsister sans le sou
M'offrant de belles pommes Manger coûte une somme
Nouvelles chaque jour. Nouvelle chaque jour.



Sans sa gorge, ma tête, Je suis couvert de dettes
Dépourvu' de coussin, En réserves sans rien
Reposerais par terre A quoi sert d'être honnête
Et rien n'est plus malsain. Si l'on n'a plus de pain




Sans ses hanches solides Paraît que c'est la crise
Comment faire, demain, Qui est cause de tout ça
Si je perds l'équilibre, Si c'est une surprise
Pour accrocher mes mains ? Pas fort, le Nicolas



Elle a mile autres choses Travailler pour des prunes
Précieuses encore Franch'ment, c'est pas malin
Mais, en spectacle, j'ose On gagne autant de thunes
Pas donner tout son corps. Au lit, sans foutre rien




Des charmes de ma mie Le drôle dans l'histoire
J'en passe et des meilleurs. C'est qu' si je ne veux pas
Vos cours d'anatomie D'cet acte méritoire
Allez les prendre ailleurs. Je perdrai mon emploi




D'ailleurs, c'est sa faiblesse, Bientôt, pure merveille
Elle tient ses os Pour se faire embaucher
Et jamais ne se laisse- Faudra sortir l'oseille
rait couper en morceaux. Et le patron payer



Elle est quelque peu fière Pourtant si l'on fabrique
Et chatouilleuse assez, Qu'on charge des camions
Et l'on doit tout entière Ça rapporte des briques
La prendre ou la laisser. Où donc va ce pognon ?






Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Rien à jeter de Georges Brassens.





Quelques parodies parmi prises au hasard :