Gare aux bourdilles

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Gare au gorille de Georges Brassens
    



C'est à travers de larges grilles, C'est en pleine gare Saint-Charles
Que les femelles du canton, A Marseille s'il faut préciser
Contemplaient un puissant gorille, Qu'un professeur a fait le marle
Sans souci du qu'en-dira-t-on. Lors d'un contrôle d'identité
Avec impudeur, ces commères Il a dit à ces fonctionnaires
Lorgnaient même un endroit précis Je te vois, et un nom précis
Que, rigoureusement ma mère Que par prudence Harry Potter
M'a défendu de nommer ici... M'a défendu de nommer ici...
Gare au gorille !... Gare aux bourdilles !...

Tout à coup la prison bien close La police contrôlait des mômes
Où vivait le bel animal Ça avait l'air d'se passer mal
S'ouvre, on n'sait pourquoi. Je suppose L'attroupement était énorme
Qu'on avait du la fermer mal. Et le bruit était général
Le singe, en sortant de sa cage Voulant détendre l'atmosphère
Dit : ?C'est aujourd'hui que j'le perds !? Régnant alors dans cette gare
Il parlait de son pucelage, Qu'il jugeait vraiment délétère
Vous aviez deviné, j'espère ! Il est intervenu dare-dare
Gare au gorille !... Gare aux bourdilles !...

L'patron de la ménagerie D'un index facétieux, je pense
Criait, éperdu : ?Nom de nom ! Et non d'un majeur insultant
C'est assommant car le gorille Il désigna à l'assistance
N'a jamais connu de guenon !? De l'ordre les représentants
Dès que la féminine engeance Puis eut le malheur de leur dire
Sut que le singe était puceau, Pour le plaisir de faire un mot
Au lieu de profiter de la chance, Une apostrophe pour de rire
Elle fit feu des deux fuseaux ! C'est le début de tous ses maux
Gare au gorille !... Gare aux bourdilles !...

Celles là même qui, naguère, Car ceux-là même qui, naguère,
Le couvaient d'un œil décidé, Vu son air correct l'ignoraient,
Fuirent, prouvant qu'elles n'avaient guère Tout de suite l'interpellèrent
De la suite dans les idéesEn lui demandant ses papiers
D'autant plus vaine était leur crainte, Au commissariat de la gare
Que le gorille est un luron Il fut tout aussitôt conduit
Supérieur à l'homme dans l'étreinte, En prenant, tel que Kierkegaard
Bien des femmes vous le diront ! La chose avec philosophie
Gare au gorille !... Gare aux bourdilles !...

Tout le monde se précipite Devant la police il explique
Hors d'atteinte du singe en rut, Les raisons de l'intervention
Sauf une vielle décrépite C'est bien normal en République
Et un jeune juge en bois brutDepuis notre Révolution
Voyant que toutes se dérobent, D'autant plus grande fut sa surprise
Le quadrumane accéléra Tant il croyait l'incident clos
Son dandinement vers les robes Un an plus tard et aux cerises
De la vieille et du magistrat ! D'aller devant les tribunaux
Gare au gorille !... Gare aux bourdilles !...

Bah ! soupirait la centenaire, Il aurait, dit le fonctionnaire,
Qu'on puisse encore me désirer, Alors troublé l'ordre public
Ce serait extraordinaire, Couvert d'une voix de tonnerre
Et, pour tout dire, inespéré !?De la gare entière le trafic
Le juge pensait, impassible, Sans être témoin de la chose
Qu'on me prenne pour une guenon, Cela me semble exagéré
C'est complètement impossible?? C'est pourtant ainsi que dépose
La suite lui prouva que non ! Le policier assez remonté

Gare aux bourdilles !...
Gare au gorille !...
Supposez que l'un de vous puisse être,
Supposez que l'un de vous puisse être, Comme le juge, obligé de
Comme le singe, obligé de Devant lui faire comparaître
Violer un juge ou une ancêtre, Ce professeur trop facétieux
Lequel choisirait-il des deux ? Moi, je dois dire qu'à sa place
Qu'une alternative pareille, Ce serait classé aussitôt
Un de ces quatre jours, m'échoie, Il faut savoir sauver la face
C'est, j'en suis convaincu, la vieille Et l'honneur de nos tribunaux
Qui sera l'objet de mon choix ! Gare aux bourdilles !...
Gare au gorille !...
Mais, par malheur, si le gorille Mais, par malheur, si la justice
Aux jeux de l'amour vaut son prix, Donnait raison aux policiers
On sait qu'en revanche il ne brille Cela par on ne sait quel vice
Ni par le goût, ni par l'esprit. Et des raisons injustifiées.
Lors, au lieu d'opter pour la vieille, Il faudrait s'inquiéter, je pense,
Comme l'aurait fait n'importe qui, C'est du moins, moi, ce que je crois
Il saisit le juge à l'oreille De la justice de notre France
Et l'entraîna dans un maquis ! Censée être un Etat de droit
Gare au gorille !... Gare aux bourdilles !...

La suite serait délectable, Car il faudra bien dire ensuite
Malheureusement, je ne peux Que le nom du chef de l'Etat
Pas la dire, et c'est regrettable, Est sanctionné dès qu'on le cite
Ça nous aurait fait rire un peuSans dire du bien de Nicolas
Car le juge, au moment suprême, Ça serait vraiment pathétique
Criait : Maman !, pleurait beaucoup, Et pour tout dire déplacé
Comme l'homme auquel, le jour même, Qu'on ne puisse nommer sans risque
Il avait fait trancher le cou. Le président d' tous les Français
Gare au gorille !...Gare aux bourdilles !...




Liste des 10 autres parodies répertoriées pour Gare au gorille de Georges Brassens :





Quelques parodies parmi prises au hasard :