Les parents toujours

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Les amants d'un jour d'Edith Piaf
    



Moi j'essuie les verres Moi, j' demande des vers
Au fond du café A mes écoliers
J'ai bien trop à faire Juste quelques vers
Pour pouvoir rêver Pour les faire rimer
Mais dans ce décor Un simple poème
Banal à pleurer A me présenter
Il me semble encore Exprimant d'eux-mêmes
Les voir arriver... La propre pensée...

Ils sont arrivés Il est arrivé
Se tenant par la main En tenant à la main
L'air émerveillé D'un air assuré
De deux chérubins Un texte très bien
Portant le soleil Ses copains pareils
Ils ont demandé Sur lui recopié
D'une voix tranquille Conscience tranquille
Un toit pour s'aimer De l'avoir piqué
Au cœur de la ville Travail d'une fille
Et je me rappelle Du sensationnel
Qu'ils ont regardé Sur le net volé
D'un air attendri Et pas vu pas pris
La chambre d'hôtel C'était habituel
Au papier jauni Pour eux d'faire ainsi
Et quand j'ai fermé Et quand j'ai donné
La porte sur eux Un zéro à ceux
Y avait tant de soleil Qui avaient triché
Au fond de leurs yeux Gamins si  odieux
Que ça m'a fait mal, Que ça m'a fait mal,
Que ça m'a fait mal... Que ça m'a fait mal...

Moi, j'essuie les verres Moi, j'ai pensé faire
Au fond du café Vraiment c'qu'il fallait
J'ai bien trop à faire Mais hélas sa mère
Pour pouvoir rêver N'avait pas c't' idée
Mais dans ce décor Encore et encore
Banal à pleurer Elle est venue pleurer
C'est corps contre corps Menacer encore
Qu'on les a trouvés... Si je n'l'enlevais

On les a trouvés Elle est arrivée
Se tenant par la main Ne comprenant rien
Les yeux fermés L'esprit refermé
Vers d'autres matins Et criant en vain
Remplis de soleil Remplie de son fiel
On les a couchés Elle a menacé
Unis et tranquilles D'enlever son fils
Dans un lit creusé De notre lycée
Au cœur de la ville Moi l'esprit tranquille
Et je me rappelle Ce fut sans appel
Avoir refermé Je l'ai invitée
Dans le petit jour Pour un autre jour
La chambre d'hôtel Qu'ça soit officiel
Des amants d'un jour A voir dans la cour
Mais ils m'ont planté Celui qui pouvait
Tout au fond du cœur En tant qu'proviseur
Un goût de leur soleil Lui confirmer qu'elle
Et tant de couleurs Etait dans l'erreur
Que ça m'a fait mal, Et c'était normal,
Que ça m'a fait mal... Et c'était normal...

Moi j'essuie les verres Moi, j' suis fonctionnaire
Au fond du café Faut pas l'oublier
J'ai bien trop à faire C'est pour ça que j'erre
Pour pouvoir rêver Bien trop énervée
Mais dans ce décor Je n'suis pas d'accord
Banal à pleurer Il a enlevé
Y a toujours dehors... Comme ça, d'autor...
La chambre à louerLe zéro pointé


Moi j'essuie les verres Moi, j' voulais des vers
Au fond du café De mes écoliers
J'ai bien trop à faire Juste quelques vers
Pour pouvoir rêver Pour les faire rimer




Liste des 4 autres parodies répertoriées pour Les amants d'un jour d'Edith Piaf :





Quelques parodies parmi prises au hasard :