Le championnat

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de L'assassinat de Georges Brassens
    



C'est pas seulement à Paris C'est pas seulement à Paris
Que le crime fleurit Que le football sévit
Nous, au village, aussi, l'on a Nous, à Marseille, aussi, l'on a
De beaux assassinats Des matchs de championnat

Il avait la tête chenue Dans des tribunes bien remplies
Et le cœur ingénu Surchauffées par amplis
Il eut un retour de printemps Le spectateur anisé boit
Pour une de vingt ans Avant le coup d'envoi

Mais la chair fraîch', la tendre chair Et les milliers de supporters
Mon vieux, ça coûte cher Même si ça coûte cher
Au bout de cinq à six baisers Vont passer des heures à hurler
Son or fut épuisé Jusqu'à être épuisés

Quand sa menotte elle a tendue Quand l'homme en noir a eu donné
Triste, il a répondu Son premier coup d'sifflet
Qu'il était pauvre comme Job Marseille attaque droit au but
Elle a remis sa rob' Mais l'avant-centre chute

Elle alla quérir son coquin L'arbitre hésite et laisse faire
Qu'avait l'appât du gain C'est alors la colère
Sont revenus chez le grigou Va te faire enculer, connard !
Faire un bien mauvais coup On va t'choper plus tard !

Et pendant qu'il le lui tenait Le calme une fois revenu
Elle l'assassinait L'OM encaisse un but
On dit que, quand il expira Le buteur est hors-jeu pourtant
La langue ell' lui montra Sous les yeux d'l'assistant

Mirent tout sens dessus dessous De plus, il a la peau d'ébène
Trouvèrent pas un sou Ça plait pas aux le Pen
Mais des lettres de créanciers Pour qui le noir, dans leurs virages
Mais des saisies d'huissiers N'est que pour le cirage

Alors, prise d'un vrai remords Fleurissent alors des mots doux
Elle eut chagrin du mort Envers le Mamadou
Et, sur lui, tombant à genoux, On le traite de noms d'oiseaux
Ell' dit : ' Pardonne-nous ! 'Et d'autres animaux

Quand les gendarm's sont arrivés Mais quand l'OM marque enfin
En pleurs ils l'ont trouvée L'incident est bien loin
C'est une larme au fond des yeux Et quand l'OM marque encore
Qui lui valut les cieux C'est nous qu'on est plus forts !

Et le matin qu'on la pendit Le spectateur rentre chez lui
Ell' fut en paradis Avec l'âme ravie
Certains dévots, depuis ce temps Oubliant Mamadou Martin
Sont un peu mécontents Qui pleure dans son coin

C'est pas seulement à Paris C'est pas seulement à Paris
Que le crime fleurit Que le football sévit
Nous, au village, aussi, l'on a Nous, à Marseille, aussi, l'on a
De beaux assassinatsDes matchs de championnat




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour L'assassinat de Georges Brassens.





Quelques parodies parmi prises au hasard :