J'ai payé déjà

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Je m'voyais déjà de Charles Aznavour
    



A dix-huit ans j'ai quitté ma province En 2001 j’achète un lot d’cassettes
Bien décidé à empoigner la vie Des VHS afin de conserver
Le cœur léger et le bagage mince Mes Super-8, car déjà ils s’émiettent
J'étais certain de conquérir Paris Sur la cassette ils seront préservés.
Chez le tailleur le plus chic j'ai fait faire Toutes ces bobines, l’histoire de ma famille,
Ce complet bleu qui était du dernier cri Ça prend d’la place : il m’en a fallu vingt
Les photos, les chansons et les orchestrations Arrivé à la caisse, je suis bien étonné
Ont eus raison de mes économies Faut qu’j’paie la taxe sur les copies privées
Je m'voyais déjà en haut de l'afficheTous ces films pourtant , j’les ai faits moi-même
En dix fois plus gros que n'importe qui mon nom s'étalait Celui d’notr' mariage, notr’voyage de noces, notr’premier appart
Je m'voyais déjà adulé et riche Ensuite les naissances, première et deuxième
Signant mes photos aux admirateurs qui se bousculaient Puis les premiers pas : faut voir leur angoisse juste avant qu’ils partent
J'étais le plus grand des grands fantaisistes La première entrée à la maternelle
Faisant un succès si fort que les gens m'acclamaient debout Vélo à deux roues, naissance du troisième, achat d’la maison
Je m'voyais déjà cherchant dans ma liste Balade en forêt, fête de Noël
Celle qui le soir pourrait par faveur se pendre à mon cou Une fête au collège, un anniversaire, l’île d’Oléron

Mes traits ont vieilli, bien sûr, sous mon maquillage Les films ont vieilli bien sûr en prenant de l’âge
Mais la voix est là, le geste est précis et j'ai du ressort Mais j’ai l’logiciel qui permet de raviver les couleurs
Mon cœur s'est aigri un peu en prenant de l'âge Je n’y connais pas grand chose et parfois j’enrage
Mais j'ai des idées, j'connais mon métier et j'y crois encore Mais je persévère, j’essaie à nouveau, j’y passe des heures
Rien que sous mes pieds de sentir la scène Et finalement je sauve toutes les scènes
De voir devant moi un public assis, j'ai le cœur battant De revoir tout ça sur une cassette , j’trouve ça épatant
On m'a pas aidé, je n'ai pas eu d'veine Mais payer une taxe, je trouve ça obscène
Mais au fond de moi, je suis sur au moins que j'ai du talent Car ce sont mes films, je n’vois pas pourquoi je dois payer tant.
Mon complet bleu, y a trente ans que j'le porte Six ans plus tard, mes cassettes sont bien tristes
Et mes chansons ne font rire que moi Et les couleurs ont presque disparu
J'cours le cachet, je fais du porte à porte Sur mon PC je transcode les pistes
Pour subsister je fais n'importe quoi Car l’VHS ça ne court plus les rues
Je n'ai connu que des succès faciles Je choisis donc un support plus commode
Des trains de nuit et des filles à soldats Le DVD c’est c’qu’on fait d’mieux maintenant
Les minables cachets, les valises à porter J’en achète trois dizaines mais quand j’passe à la caisse
Les p'tits meublés et les maigres repas Imaginez un peu mon étonnement
Je m'voyais déjà en photographie Il faut que je paie encore une taxe
Au bras d'une star l'hiver dans la neige, l'été au soleil De copie privée pour des vidéos qui sont bien à moi
Je m'voyais déjà racontant ma vie Pour les VHS, j’ai payé un max
L'air désabusé à des débutants friands de conseils Et faut que je paie pour les DVD une deuxième fois
J'ouvrais calmement les soirs de première J’ai comme l’impression qu’on s’sert dans mes poches
Mille télégrammes de ce Tout-Paris qui nous fait si peur L’Etat taxe tout pour rémunérer les plus grands majors
Et mourant de trac devant ce parterre Qui n’redistribuent, mon Dieu que c’est moche,
Entré sur la scène sous les ovations et les projecteurs Qu’une infime partie de ces revenus encaissés à tort
J'ai tout essayé pourtant pour sortir du nombre Seuls quelques très grands chanteurs font partie du nombre
J'ai chanté l'amour, j'ai fait du comique et d'la fantaisie De ceux qui perçoivent un salaire décent de leur producteur
Si tout a raté pour moi, si je suis dans l'ombre Car pour la répartition, on reste dans l’ombre
Ce n'est pas ma faut' mais cell' du public qui n'a rien compris On aimerait voir clair et juger tout ça sous les projecteurs
On ne m'a jamais accordé ma chance Y a pas qu’pour mes films qu’les majors encaissent
D' ont réussi avec peu de voix et beaucoup d'argent CD de photos, DVD d’données sont aussi taxés
Moi j'étais trop pur ou trop en avance Lors de chaque achat, on passe à la caisse
Mais un jour viendra je leur montrerai que j'ai du talentOui je crois vraiment qu’les auteurs d’ces lois sont des désaxés.




Liste des 9 autres parodies répertoriées pour Je m'voyais déjà de Charles Aznavour :





Quelques parodies parmi prises au hasard :