Nico et les hommes politiques

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de La java des bombes atomiques de Boris Vian
    



Mon oncle un fameux bricoleur Je ne sais pas ce qui prévaut
Faisait en amateur Dans le curieux cerveau
Des bombes atomiques Des hommes politiques
Sans avoir jamais rien appris Sans avoir jamais rien appris
C'était un vrai génie Ils se croient des génies
Question travaux pratiques Aux talents éclectiques.
Il s'enfermait tout' la journée Ecoutant toute la journée
Au fond d'son atelier Ce qui vient d'l'Elysée
Pour fair' des expériences Pour prendre la tendance
Et le soir il rentrait chez nous Et sans comprendre rien du tout
Et nous mettait en trans' Feignant l'intelligence
En nous racontant tout Ils nous expliquent tout.
Pour fabriquer une bombe A Les perroquets de Nicolas
Mes enfants croyez-moi Mes enfants croyez moi
C'est vraiment de la tarte Ils sont franchement tartes.
La question du détonateur Dans chaque journal de 20 heures
S'résout en un quart d'heur' Face aux présentateurs
C'est de cell's qu'on écarte Mais de ceux qu'on encarte
En c'qui concerne la bombe H Ils reprennent le même propos
C'est pas beaucoup plus vach' C'est du bon, du Nico
Mais un' chos' me tourmente Sereins dans la tourmente
C'est qu'cell's de ma fabrication En nous prenant bien pour des cons
N'ont qu'un rayon d'action Faute d'opposition
De trois mètres cinquante Ou de question cinglante
Y a quéqu'chos' qui cloch' là-d'dans Y a quelque chose qui cloche là-dedans.
J'y retourne immédiat'ment Avec ce gouvernement
Il a bossé pendant des jours Cela dure pendant des jours
Tâchant avec amour Chacun avec amour
D'améliorer l'modèle Imitant le modèle.
Quand il déjeunait avec nous En espérant tous devant nous
Il avalait d'un coup Faire passer d'un seul coup
Sa soupe au vermicelle L'histoire d'la mère Michel.
On voyait à son air féroce Sachant qu'au cas d'un minime os
Qu'il tombait sur un os Le patron serait féroce
Mais on n'osait rien dire Mais sans oser rien dire.
Et pis un soir pendant l'repas Certains, on n'les contrarie pas
V'là tonton qui soupir' Je le crois sans médire
Et qui s'écrie comm' ça C'est le cas d' Nicolas
A mesur' que je deviens vieux Il n'y a encore que quelques vieux
Je m'en aperçois mieux Je m'en aperçois mieux
J'ai le cerveau qui flanche Dont le cerveau ne flanche.
Soyons sérieux disons le mot De beaucoup d'jeunes disons le mot
C'est même plus un cerveau Un kebab dans l'cerveau
C'est comm' de la sauce blanche Avec de la sauce blanche.
Voilà des mois et des années Voilà des mois et des années
Que j'essaye d'augmenter Que j'essaie d'expliquer
La portée de ma bombe Que les libertés tombent.
Et je n'me suis pas rendu compt' Ils ne se rendent même pas compte
Que la seul' chos' qui compt' Que la seule chose qui compte
C'est l'endroit où s'qu'ell' tombe C'est qu'ils creusent leur tombe.
Y a quéqu'chose qui cloch' là-d'dans, Y a quelque chose qui cloche là-dedans
J'y retourne immédiat'ment Avec ce gouvernement

Sachant proche le résultat Il a fait des tonnes et des tas
Tous les grands chefs d'Etat A tous les chefs d'état
Lui ont rendu visite Il a rendu visite.
Il les reçut et s'excusa Mais cela ne suffisait pas
De ce que sa cagna Président des Français,
Etait aussi petite Cela, ça se mérite.
Mais sitôt qu'ils sont tous entrés Quand la France a manifesté
Il les a enfermés Marre de la fermer
En disant soyez sages Devant autant d'outrages
Et, quand la bombe a explosé L'gouvernement a explosé
De tous ces personnages De tous ces personnages
Il n'en est rien resté Il n'est plus rien resté.
Tonton devant ce résultat Nico devant ce résultat
Ne se dégonfla pas Ne se dégonfla pas
Et joua les andouilles Et joua les andouilles.
Au Tribunal on l'a traîné Au grand journal on l'a traîné
Et devant les jurés Et devant la télé
Le voilà qui bafouille Le voilà qui bafouille :
Messieurs c'est un hasard affreux Messieurs c'est un hasard affreux
Mais je jur' devant Dieu Mais je jure devant Dieu
En mon âme et conscience Qu'en mon âme et conscience
Qu'en détruisant tous ces tordus En démissionnant ces tordus
Je suis bien convaincu Je suis bien convaincu
D'avoir servi la France D'avoir servi la France.
On était dans l'embarras On était dans l'embarras
Alors on l'condamna Alors on le remercia
Et puis on l'amnistia Et puis on l'pardonna.
Et l'pays reconnaissant Et le pays reconnaissant
L'élu immédiat'ment L'élut immédiatement
Chef du gouvernement A nouveau président




Liste des 3 autres parodies répertoriées pour La java des bombes atomiques de Boris Vian :





Quelques parodies parmi prises au hasard :