Joailler's song

Auteur : Deux copains d'abord
parodie de Poulailler's song d'Alain Souchon
    



Dans les poulaillers d'acajou, Dans les poulaillers parisiens,
Les belles basses-cours a bijoux, Les belles basses-cours qui n'font rien,
On entend la conversation On les entend à priori
D'la volaille qui fait l'opinion. De tous ces gens, leurs théories
Ils disent: Ils disent :


« On peut pas être gentils tout le temps. « On peut pas être social tout le temps.
On peut pas aimer tous les gens. On peu pas aider tous les gens.
Y a une sélection. C'est normal. Y a une différence, et de taille.
On lit pas tous le même journal, Les uns sont riches, les autres travaillent,
Mais comprenez-moi : c'est une migraine, Mais comprenez-moi : c'est une torture,
Tous ces campeurs sous mes persiennes. Tous ces pauvres près mes voitures.
Mais comprenez-moi : c'est dur a voir. Mais comprenez-moi : c'est dur à croire.
Quels sont ces gens sous mon plongeoir? »J'ai cru apercevoir des noirs »



« On peut pas aimer tout Paris. « On peut aimer tout l'pays.
N'est-ce pas y a des endroits la nuit N'est-ce pas y a des endroits ici
Où les peaux qui vous font la peau Où les pauvres n'ont que la peau
Sont plus bronzés que nos p'tits poulbots ? Trop bronzée en plus sur leur dos ?
Mais comprenez-moi : la djellaba, Mais comprenez-moi : la diète, comme ça
C'est pas ce qui faut sous nos climats. C'est parc'qu' les parents n'dépensent pas.
Mais comprenez-moi : à Rochechouart, Mais comprenez-moi : faut qu'ils achètent,
Y a des taxis qui ont peur du noir. »Et tout dans notre supermarket. »




« Que font ces jeunes, assis par terre, « Que font ces gens, assis par terre,
Habillés comme des traîne-misère. Et leurs slogans qui crient misère.
On dirait qu'ils n'aiment pas le travail. Paraîtrait qu'ils n'ont pas de travail.
Ça nous prépare une belle pagaille. C'est pour demain la belle pagaille.
Mais comprenez-moi : c'est inquiétant. Mais comprenez-moi : c'est terrifiant
Nous vivons des temps décadents. L'argent pousse moins bien qu'avant
Mais comprenez-moi : le respect se perd Mais comprenez-moi : que va-t-on faire
Dans les usines de mon grand-père. »Si tout d'un coup ils veulent plus s'taire. »

Mais comprenez-moi... Mais comprenez-moi...




Aucune autre parodie n'est répertoriée pour Poulailler's song d'Alain Souchon.





Quelques parodies parmi prises au hasard :